Écureuils et perruches : querelles de voisinage


Première semaine d’octobre, quelque part en bordure de Seine. Je marche entre aulnes, saules et peupliers. Il fait doux, les odeurs typiques de la nature en automne m’accompagnent, ainsi que le chant de quelques mésanges, le cri inquiet d’un Troglodyte mignon et celui plus lointain de ce que pense être un Geai des chêne. Je poursuis mon chemin….

Soudain, un tout jeune Écureuil roux traverse devant moi en trois bonds et se réfugie dans la végétation épaisse, présente au pied de quelques vieux peupliers. Je m’installe le long d’un aulne malingre, tente de me fondre dans le décor et j’attends… Pas très longtemps. J’aperçois – à présent – mon petit écureuil, un peu plus haut. Il n’est pas seul : deux autres de ses congénères se tiennent à proximité. Ils jouent, se coursent, s’arrêtent pour se reposer et grignoter un instant, puis recommencent…

Un cri d’oiseau retenti, sec et grinçant. Mon geai de tout-à-l’heure ? Pas du tout. Il s’agit d’une, non, de deux Perruches à collier, que j’aperçois enfin, dont le plumage vert se confond avec le feuillage des arbres…

À présent, elles se sont rapprochées de nos trois sympathiques petits rongeurs, tentent de les intimider et de les faire déguerpir, à chaque fois que l’un d’entre-eux est à découvert ! Les Perruches à collier – dont quelques spécimens ont échappés à la captivité il y a quelques années – s’observent de plus en plus nombreuses dans les parcs et jardins de nos villes et également en bordure de la Seine. Elles s’accommodent fort bien du climat francilien, mais plutôt mal – comme les autres oiseaux – de la présence des écureuils ! Pourquoi ?

Si l’Écureuil roux est réputé pour son solide appétit de noix, noisettes et autres glands – dont il fait provision avant l’hiver – en réalité, il est omnivore. Insectes, escargots, champignons sont aussi à son menu, comme parfois… quelques œufs chipés dans un nid ! Vous comprenez, maintenant, « le pourquoi » de cette rencontre houleuse…

Cette inattendue querelle de voisinage, m’aura permis – ce matin-là – de rassembler écureuils et perruches sur une même photo !

À bientôt, pour de nouvelles images et de nouvelles anecdotes…

Jeune Écureuil roux dans un arbre

Un des trois jeunes Écureuils roux

Jeune Écureuil roux dans un arbre

Un autre jeune Écureuil roux

Deux Perruches à collier sur une branche

Deux Perruches à collier aux aguets…

Deux Perruches à collier sur une branche et un Écureuil roux qui apparaît grimpant le long d'un tronc

Un des trois jeunes écureuils apparaît…

Une Perruche à collier sur une branche, l'autre sur l'arbre au dessus de l'Écureuil roux qui s'est figé

La première perruche s’est postée sur le tronc et barre désormais le chemin à l’écureuil !

Deux Perruches à collier sur une branche et un Écureuil roux qui grimpe le long d'un tronc

L’écureuil poursuit son ascension…

La premiere perruche passe à l'offensive et met l'écureuil en fuite

La seconde perruche s’envole, tandis que la première passe à l’offensive !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *