Au seuil de l’été


Sans transition

Quel grand écart ! Dans le dernier article, je vous parlais de givre, de températures négatives et je me propose – à présent – de vous parler d’été, sans transition ? Et le printemps alors ?

Mon printemps s’est écoulé au rythme du troisième confinement sanitaire, puis une météo capricieuse – fraîche et surtout pluvieuse – est venue contrarier mes projets photographiques… Nous voilà donc au seuil de l’été et il va être question aujourd’hui de libellules, ou plutôt de demoiselles

Les libellules (les grandes) et les demoiselles (les petites et fines) font partie d’une même famille : celle des Odonates. Les demoiselles (Caloptéryx, Naïades, et autres Agrions…) font parties du sous-ordre des Zygoptères et les libellules de celui des Anisoptères. Voilà pour la précision entomologique !

Caloptéryx éclatant (femelle)
Caloptéryx éclatant (femelle)

Les demoiselles et le photographe

La première partie de la vie des libellules et des demoiselles est aquatique, sous forme larvaire.

La seconde – celle que nous connaissons le mieux – est aérienne, après une phase de transition appelée émergence.

C’est la partie aérienne de l’existence de ces élégants insectes que je photographie depuis plusieurs années…

Pour les observer, je fréquente les abords d’étangs, ou de cours d’eau : leurs berges et les prairies, haies et ronciers voisins…

En ce mois de juin, j’ai décidé de me fixer sur deux prairies en friche où je sais pouvoir trouver des demoiselles en abondance.

J’arrive sur les lieux juste après le lever du soleil, et me faufile par quelques sentes au milieu des graminées qui sont – pour certaines – aussi hautes que moi ! Ainsi, grâce à la rosée encore présente je suis assuré d’une séance photo plutôt mouillée !

Ensuite, il faut scruter parmi la végétation touffue, être patient et évoluer lentement pour ne pas effaroucher les sujets du jour !

Côté pratique et technique photographique, c’est l’habituel travail de composition de l’image et le délicat exercice de mise au point sur l’insecte car l’autofocus de l’appareil photo est souvent à la peine quand la scène est encombré par les végétaux du premier plan : la mise au point manuelle n’est pas rare !

Je vous laisse découvrir quelques uns de ces habitants des prairies en friches…

À bientôt pour de nouvelles images et de nouvelles anecdotes…

Quelques demoiselles...

Caloptéryx éclatant (mâle)
Caloptéryx éclatant (mâle)
Caloptéryx éclatant (mâle)
Caloptéryx éclatant (mâle)
Caloptéryx éclatant (mâle)
Caloptéryx éclatant (mâle)
Naïade aux yeux rouges (mâle)
Naïade aux yeux rouges (mâle)
Agrion élégant( immature)
Agrion élégant( immature)
Agrion porte-coupe (mâle)
Agrion porte-coupe (mâle)
Agrion à larges pattes (immature)
Agrion à larges pattes (immature)

Quelques papillons...

Fadet commun
Fadet commun
Demi-deuil
Demi-deuil
Sylvaine
Sylvaine

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *